Un enfant, plus c’est fatigué, moins ça dort

Publié le Publié dans Education

 

 

Lilas, 2 ans, ne veut plus faire la sieste… Et plus le temps passe, plus la fatigue augmente, plus les endormissements sont compliqués…

 

Mais que se passe-t-il ?

Pour une raison ou une autre, l’enfant manque de sommeil. Il arrive, à la fin de la journée, épuisé. En tant que parent, nous nous disons que plus vite il sera couché, plus vite il sera endormi, mieux il récupérera. Et puis voilà. Tout ne se passe pas comme prévu. Le soir, dans la chambre, Bébé ou Petit Enfant ne dort pas. Pas du tout. Il hurle, se relève mille fois. Maman vient faire un câlin. Bébé s’agite et se retourne dans tous les sens. Papa vient faire un massage. Bébé se tortille. Petit Enfant se lève 1 fois, 2 fois, 3 fois. Il veut un nouveau câlin, un verre d’eau, aller aux toilettes… Ça n’en finit plus, alors qu’il a tant besoin de sommeil. Papa et Maman se rendent à l’évidence : leur enfant lutte contre le sommeil alors qu’il en a tant besoin.

Tous les enfants ne fonctionnent pas ainsi. Certains, quand ils sont épuisés, s’endorment dans leur assiette et font la grasse matinée le lendemain. Quelle grande chance pour eux (et pour leur parent !). Je parlerai ici des enfants qui ne supportent pas l’excès de fatigue.

Pourquoi un enfant ne dort pas quand il est épuisé ?

 

Quand un enfant est très fatigué, il est « sur les nerfs », il est alors très agité, énervé. Et plus l’enfant ressent les effets de la fatigue, plus il est gêné par ces sensations, plus il s’agite et lutte contre le sommeil… Difficile de trouver le sommeil qui demande, au contraire, de lâcher prise et de se détendre.

 

Mais alors, que faire ?

 

Dans un premier temps, il s’agit d’éviter les situations qui fatiguent votre enfant.

Il a besoin d’un rythme régulier, en d’autres termes, d’être couché à heure fixe tous les jours de l’année. Les fêtes et couchers tardifs « exceptionnels », ça fait peut-être plaisir aux parents, ça donne peut-être l’illusion que c’est un peu la fête pour l’enfant lui aussi, ça a surtout l’effet de l’épuiser. Récupérer de ces fêtes peut demander plusieurs jours.

Votre enfant est peut-être couché trop tard tous les soirs. Arrivés 20h, il est très énervé à cause de la fatigue. Le coucher plus tôt (quand c’est possible évidemment) est parfois le remède miracle.

L’objectif va être de baisser au maximum l’agitation de votre enfant. Le soir, une fois le bain et le dîner pris, les activités à privilégier seront calmes et favoriseront le sommeil. Un rituel bien établi permet aussi à l’enfant de prendr

e des repères et de se préparer psychologiquement et physiquement à entrer dans le monde du sommeil.

Les activités relaxantes que je peux conseiller sont : la lecture d’un livre, un gros gros câlin, un massage, une musique douce, la lecture du livre La petite éléphante qui voulait s’endormir que je présente dans cet article, et avec des enfants plus grands (dès 5 ans), de la méditation en pleine conscience.

Dans tous les cas, armez-vous de patience, de douceur et de tendresse. C’est tout ce dont les enfants ont besoin pour rejoindre les bras de Morphée !

 

Peut-il y avoir d’autres raisons qui ne soient pas favorables à un bon endormissement ?

 

Oh que oui ! Il y a tout plein d’autres raisons… Mais ça fera l’objet d’autres articles !

 

A bientôt alors

Ségolène Hartz, psychologue pour L’Accolade

2 réflexions au sujet de « Un enfant, plus c’est fatigué, moins ça dort »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.